- MENÚ -
HOME

La ville

Musée

Galerie Photographique

E-commerce

Comment y arriver

Où manger - dormir

Brescello

Brescello

LA VILLE

EN RAPPELANT DON CAMILLO ET PEPPONE : LIEUX ET OBJETS.

Il y avait une fois un petit village appelé Brescello. (…). Le curé Don Camillo et le maire Peppone, les fiers chefs des deux partis opposés, sont toujours différents mais toujours égaux. Brescello, vu par la droite c’est le village de Don Camillo, vu par la gauche c’est le village de Peppone. Vu d’en haut c’est le village où les adversaires se battent durement, mais sans devenir ennemis et la voix de la conscience a toujours le dernier mot (tiré du film Compagno Don Camillo).

Voilà quelques uns des objets et des lieux qui évoquent le passé cinématographique de Brescello et qui contribuent à maintenir vif le souvenir des créatures nées par la plume de Guareschi:

ÉGLISE DE S. M. NAISSANTE ET LE “CHRIST DE DON CAMILLO”

L’église de la paroisse, reconstruite de 1829 à 1837 sur projet de Luigi Groppi, contient de précieuses ouvrages du peintre local, Carlo Zatti, et elle accueillit, dans la sacristie, le musée de la paroisse (avec des ouvrages de Carlo Pisi, sculpteur de Brescello, et de l’ameublement ancien).
La façade est caractérisée par le prothyron qui a été fait bâtir par Angelo Rizzoli pour les reprises et puis donné à l’église comme souvenir des nombreux films inspirés aux personnages de Don Camillo et Peppone.

L’objet qui plus que tous les autres provoque la curiosité des visiteurs est le crucifix utilisé dans les films et à présent placé dans une petite chapelle latérale à gauche, longé par des colonnes torses et par un baldaquin.
L’ouvrage fut réalisé exprès pour les filmages par le sculpteur véronais Bruno Avesani avec l’aide d’un menuisier local, Emilio Bianchini.
Avesani réalisa quatre visages interchangeables avec quatre expressions différentes (utilisés tous les quatre seulement dans le premier film alors que dans les autres on utilisa uniquement le visage incliné) et parmi ces visage, un seulement s’est conservé. Le Christ crucifix (1,65 mètres de haut sans la croix) pèse treize kilos contre les vingt du début ; en effet, pour faciliter Fernandel pendant les reprises, Avesani décida de bâtir la croix avec le bois de balsa, un bois très léger, et de le vider intérieurement.
Une fois terminée l’aventure cinématographique de Don Camillo et Peppone, le Christ fut donné par Angelo Rizzoli à l’église de Brescello et conservé avec soin par le curé de l’époque Don Alberici.

PLACE MATTEOTTI

La vaste place, contournée par l’église, par la mairie et par une série de portiques, a représenté la scène idéale pour les aventures du curé et du maire les plus fameux du monde.
Ici on assistait aux comices et aux parades des rouges, alors que Don Camillo, le fusil à la main, contrôlait la situation du haut du clocher, prêt à intervenir dans n’importe quel moment par des…cloches.

Dans l’actuelle partie nord de la place il y a la statue qui représente « Ercole Benefattore », commissionnée par le Duc Ercole II d’Este et réalisée par le sculpteur Jacopo Tatti dit « Le Sansovino » en 1553. Dans un premier moment la statue fut posée dans la place de la forteresse mais à la suite de la destruction de la forteresse en 1704 par les Espagnols, l’ouvrage fut abandonné. Seulement en 1727 il fut reporté au centre de l’actuelle place Matteotti, où maintenant on peut voire une de ses copies.

Don Camillo et Peppone revivent par deux statues en bronze réalisées par Andrea Zangani et inaugurées le 2 juin 2001 (celle de Don Camillo est placée sur le parvis de l’église ; celle de Peppone se trouve devant la mairie et elle représente Monsieur le maire alors qu’il soulevait son chapeau, comme s’il saluait son adversaire qui lui était en face).

 

LA MAISON DE PEPPONE

Située le long de la Rue Carducci, la maison (à présent de propriété privée, actuellement habitée et pas visitable à l’intérieur), fut réalisée pour filmer les intérieurs de tous les films. De son balcon, dans le film Don Camillo, se montra Cervi/Peppone en montrant à tous le camarades rouges le fils qui venait de naître.

 

LA CLOCHE DE PEPPONE

Dans le film Don Camillo Monsignore.. ma non troppo, Peppone, après avoir exclamé «il finira le monopole campanaire clérical », achète une cloche et il la fait ériger dans la place devant la mairie. Au cours de la nuit, quelqu’un vole le battant et il est une vraie fortune, parce que le maire, dans la suite du film, restera sous la cloche (la cloche, en carton-pâte, est réellement tombée sur la tête de Gino Cervi pendant les épreuves).
Aujourd’hui la cloche est accrochée sous un portique dans la Rue Giglioli.

 

LA GARE

La gare, placée à la fin de l’avenue Venturini, a conservé presque inchangée l’image montrée dans le film. Don Camillo part d’ici pour sa « convalescence politique » à la montagne, à Mantenara, dans Il ritorno di Don Camillo.
La gare, comme à l’époque des reprises, est à la société de Venise des transports publics et elle relie Brescello à la ligne Parma-Suzzara.

 

LA PETITE SAINTE VIERGE DU PETIT BOURG

Dans le film Don Camillo Monsignore.. ma non troppo, la « petite chapelle de la discorde » devait être abattue pour faire place à la « Maison Populaire (au total 16 appartements pour les pauvres de la mairie et de la paroisse), mais personne n’avait le courage pour commencer les travaux.
La référence est à un conte de Guareschi : « Il muraglione » dans Don Camillo e il suo gregge (la vicissitude parle d’un terrain qui appartenait à Marasca, sur lequel on veut bâtir un palais de quatre étages avec des appartements, des magasins, des garages, des services ; mais encore une fois on doit faire les contes avec une vieille Sainte Vierge, objet de la dévotion populaire).
La petite Sainte Vierge du petit Bourg est placée au carrefour de la SS 62.

 

LA LOCOMOTIVE

La locomotive, qui aurait dû porter Peppone à son « exil romain » dans le film Don Camillo e l’Onorevole Peppone, a été placée à coté du musée. Elle a été restaurée par des volontaires de Brescello.

 

LE CHAR D’ASSAUT

Guareschi nous en parle dans le conte « le Panzer » (Don Camillo e il suo gregge) : Dorini, au mois d’avril 1945, avait volé aux Américains (pris pour Allemands) un char d’assaut sans en dénoncer la possession aux autorités militaires. Avec l’aide de Don Camillo et Peppone, il cherchera à l’éloigner de sa propriété pour éviter des problèmes.
Le char d’assaut utilisé dans le film Don Camillo e l’Onorevole Peppone (de propriété de Tasca et encore une fois tenu bien caché) est exposé dans la place Mingori, à coté du musée. Il ne s’agit pas de l’original Sherman américain utilisé par Duvivier dans le film, mais d’un Pershing M26 que les habitants de Brescello, après de nombreuses recherches et d'obstacles burocratiques, ont obtenu de l’Armée Italienne.
Grâce à une équipe de volontiers locales la partie mécanique a été arrangée. Le 26 août de l’année 1991, à l’occasion de la fête patronal de Saint Genesio, le Panzer est triomphalement entré dans le pays.
Avant l’actuel Pershing M26, on pouvait admirer un autre char d’assaut : un industriel de Bassano del Grappa, collectionneur de surplus, avait en effet prêté à la pro loco de Brescello, à l’occasion de l’inauguration du musée en 1989, un char d’assaut plus petit et pas fonctionnant (le moyen entra dans le pays après un « guareschiano » voyage en autoroute). Mais les habitants de Brescello ne se rendirent pas : ils voulaient un char d’assaut qui marchait et à la fin, en 1991, ils obtirent de l’Armée celui qui est actuellement exposé.

LE BUSTE DE GUARESCHI

On ne peut pas oublier le véritable auteur du succès mondial de Don Camillo et Peppone. Pour rappeler Guareschi, il a été réalisé par le sculpteur allemand Gudrun Schreiner un buste en bronze, placé dan le parc du musée à lui dédié.

 

 

Précédent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’église de Santa Maria Nascente

 

Le Christ de Don Camillo

 

 

 

 

La statue de Don Camillo

La statue de Peppone

 

 

 

 

Arcades près de Place Matteotti

 

La cloche de Peppone

 

La gare

 

La Vierge du Borghetto

 

 

 

 

La locomotive
 
Le « panzer »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le buste de Guareschi